UNE FEMME DOUCE

Titre: UNE FEMME DOUCE

Sous-Titre: Regards d’ailleurs

Durée : 2h23′

Nationalités: France/Allemagne/Lituanie/ Pays-Bas

Réalisateur: Sergei Loznitsa

Casting: Vasilina Makovtseva, Marina Kleshcheva, Lia Akhedzhakova, Valeriu Andriuta

Année de production: 2017

Distribution : Haut et court

 

critique:

Mutique et butée cette femme de prisonnier qui pour avoir de ses nouvelles traverse le pays d’un centre pénitentiaire à l’autre et entre chansons, silence et vodka affronte l’administration, ses règlementations, l’ostracisme, la domination masculine, l’alcoolisme frénétique, la corruption mafieuse, la prostitution et leurs violences conjointes, jusqu’à s’égarer dans le fatalisme inhérent à la culture slave ou adopter les méandres insolubles de l’univers kafkaïen. Les fantômes soviétiques côtoient alors la littérature russe, Dostoïevski, Gogol et Gorki réactualisés en images jusqu’à ce que ce tableau désespéré ne se délite dans un cauchemar onirique politique et démonstratif, second film dans le film, pour dénoncer l’état actuel de la Russie.

Une métaphore désespérante sur les abus des pouvoirs successifs tsaristes, soviétiques ou actuels.

SUMMERTIME

Titre: SUMMERTIME

Sous-Titre: Vacances américaines

Durée : 1h45′

Nationalité: Italie

Réalisateur: Gabriele Muccino

Casting: Matilda Lutz, Brando Pacitto, Joseph Haro, Taylor Frey

Année de production: 2016

Distribution : MARS Films

 

critique:

Un ado romain dépressif partage involontairement ses vacances à San Francisco avec une compagne de collège très coincée, ensemble ces jeunes italiens naïfs vont découvrir des hôtes californiens affranchis. De l’Europe aux Etas Unis, entre clichés, homosexualité et pseudo-normalité, l’été scintille le temps d’une parenthèse estivale où libération rime avec démonstration au fil d’un voyage initiatique et sympathique.

EGON SCHIELE

Titre: EGON SCHIELE

Sous-Titre: Biopic / Mort et jeune fille

Durée : 1h49′

Nationalités: Autriche/Luxembourg

Réalisateur: Dieter Berner

Casting: Noah Saavedra, Maresi Riegner, Valérie Pachner, Thomas Schubert

Distribution : BODEGA Films

 

 

critique:

Egon Schiele peintre de la mouvance autrichienne expressionniste et ami de Klimt et Kokoschka a dérangé la société viennoise par ses dessins érotiques, son regard sur les corps, leurs positions provoquantes et la force angoissante de ses autoportraits.

S’attachant à la confusion des sentiments incestueux envers sa jeune sœur et ses modèles adolescentes, le réalisateur évoque le caractère tourmenté d’un créateur exclusivement intéressé par son art et prêt à toutes les concessions pour s’y consacrer.

En 1981, avec Matthieu Carrière et Jane Birkin, Herbert Vesely sous titrait son film « Enfer et Passion », la nouvelle tentative de Dieter Berner retrace linéairement avec une élégance académique la brève existence de l’artiste sans jamais atteindre la flamme baroque, gothique, torturée, ni la morbidité caractéristiques de son œuvre.

 

 

LOLA PATER

Titre: LOLA PATER

Sous-Titre: Histoire de famille

Durée : 1h43′

Nationalités: France/Belgique

Réalisateur: Nadir Moknèche

Casting: Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci, Lucie Debay

Année de production: 2017

Distribution : ARP

 

 

critique:

Elevé seul par sa mère subitement décédée, un jeune accordeur de piano d’origine algérienne part en quête de son père et le découvre sous les traits d’une femme professeure de danse orientale.

C’est le partage de cette douleur à travers le regard de la société et l’impossibilité de schéma patriarcal que portent ensemble Lola persécutée et rejetée depuis son enfance pour son identité erronée et Zino en manque de figure paternelle.

Fanny Ardant illumine cette inversion sexuelle, se jouant des clichés liés à la transsexualité en miroir des seules émotions humaines, et le réalisateur après « Le harem de Mme Ousmane », «  Viva Laldjérie » ou « Goodbye Morocco » continue d’exprimer haut et fort la liberté de part et d’autre de la Méditerranée.

LA VIE DE CHATEAU

Titre: LA VIE DE CHATEAU

Sous-Titre: Regards d’ici & d’ailleurs

Durée : 1h20′

Nationalité: France

Réalisateurs: Modi Barri & Cédric Ido

Casting: Jacky Ido,Tatiana Rojo, Jean Baptiste Anoumon, Gilles Cohen

Année de production: 2017

Distribution : Happiness Distribution

 

critique:

Ils se surveillent, s’interpellent, se narguent d’une sortie de métro à l’autre, du côté pair au côté impair du boulevard, pour harponner les éventuelles clientes des salons de coiffure voisins, et ils tchatchent réunissant le Mali, le Congo, la Cameroun, le Burkina en un même territoire de trottoirs qu’ils s’arrachent et se partagent. Et « Prince » pour garder ses privilèges se doit d’en imposer par la qualité de ses sapes et sa roublardise.

L’Afrique est là devenue parisienne par la force des migrations, elle est plus généreuse et pathétique que les plaintes des bien-pensants ou des bobos qui la réduisent à une peau de chagrin, ce chagrin de l’humanité oubliée.

Alors la vie de Château d’Eau est la seule réalité d’un quartier de Paris, sa joie et ses peines aussi courez la découvrir, c’est tout près ou trop loin.

QUE DIOS NOS PERDONE

Titre: QUE DIOS NOS PERDONE

Sous-Titre: Thriller et frissons

Durée : 2h06′

Nationalité: Espagne

Réalisateur: Rodrigo Sorogoyen

Casting: Antonio De la Torre, Roberto Alamo, Javier Ferreira

Année de production: 2016

Distribution : Le Pacte

 

Récompenses : Festival de San Sebastian 2016 : Prix du meilleur scénario

Goya 2017 du meilleur acteur Roberto Alamo.

Festival du film policier de Beaune : Prix du Jury Sang Neuf.

 

critique:

A Madrid en pleine canicule et pendant la visite du Pape Benoît XVI en 2011, un violeur de vieilles femmes sévit et ces assassinats confiés à deux agents de la « crim » se doivent de rester secrets. Dans une première partie c’est au binôme que s’intéresse le réalisateur, la violence machiste de l’un et le bégaiement de l’autre déterminant leur caractère et relation aux autres, reflétant une société en crise avant que brusquement dans un second temps l’assassin et ses perversions ne confortent cet état de fait hérité des déviations religieuses et pouvoirs politiques.

Un parcours urbain pour suivre caméra à l’épaule la diversité de comportement des hommes et constater les problèmes économiques incarnés par les « indignés », des scènes d’intérieur en plans fixes pour accentuer la cruauté inhérente aux déviations sexuelles illustrent, à travers un film policier faussement banal et très noir, la spécificité d’une violence culturelle hispanique, parfaitement soutenue par les comédiens.

LES FILLES D’AVRIL

Titre: LES FILLES D’AVRIL

Sous-Titre: Histoire de famille

Durée : 1h43′

Nationalité: Mexique

Réalisateur:  Michel Franco

Casting: Emma Suarez, Ana Maria Becerril, Enrique Arrizon

Année de production: 2017

Distribution : Version Originale/ Condor

 

Récompenses : Festival de Cannes/Un Certain Regard : Prix du jury.

critique:

Une tendresse maternelle protège un couple d’adolescents immatures parents à 17 ans, et la vie dans une maison de vacances en bord de plage a tout pour être idyllique. Sauf qu’au- delà des apparences c’est insidieusement que se trame une dérive perverse où le jeunisme, le désir de séduction, la sexualité triomphante, le pouvoir de l’argent sont ensemble exacerbés par les normes actuelles d’une société en perte de tous ses repères traditionnels.

C’est imperceptiblement avec une semblable perversion que le cinéaste nous entraîne dans cette malversation familiale proche de la folie.

MY COUSIN RACHEL

Titre: MY COUSIN RACHEL

Sous-Titre: Thriller et frissons en costumes

 Durée : 1h46′

Nationalités: Royaume Uni/USA

Réalisateur: Roger Michell

Casting: Rachel Weisz, Sam Claflin, Hollyday Grainger, Ian Glen, Pierfrancesco Flavino

Année de production: 2017

Distribution : SOPHIE DULAC DISTRIBUTION

 

critique:

Dans la campagne anglaise du XIXème siècle un jeune aristocrate ingénu tombe éperdument amoureux d’une veuve noire qui telle une araignée tisse sa toile aussi lentement que sûrement pour déniaiser son petit cousin. A ce jeu aussi pervers que subtil romantisme rime avec cynisme et soupçons avec passion pour une élégante adaptation d’un roman de Daphné du Maurier, où avant Rachel Weisz usant de ses charmes envers Sam Claflin, Olivia de Havilland en avait abusé avec Richard Burton.

Ma cousine Rachel – Daphné du Maurier – 1951 – Livre de Poche

PEGGY GUGGENHEIM

Titre: PEGGY GUGGENHEIM

Documentaire : La collectionneuse

Durée : 1h36′

Nationalité: USA

Réalisatrice: Lisa Immordino Vreeland

Année de production: 2016

Distribution : Happiness Distribution/ MK2

 

 

critique:

Née dans la riche bourgeoisie américaine, cette « fille de famille » s’est distinguée comme figure de la création artistique moderne en participant à ses bouleversements culturels, son avant-garde littéraire et picturale. Dadaïstes, surréalistes, peintres, écrivains…elle les a tous fréquentés, achetant leurs œuvres pour des galeries et pour elle de Londres à New York jusqu’à son musée vénitien.

C’est le portrait de cette femme libre, collectionneuse d’hommes tout autant que d’œuvres que la documentariste illustre d’archives au fil d’interviews retrouvées valorisant son intuition et son audace.

BUENA VISTA SOCIAL CLUB : ADIOS

Titre: BUENA VISTA SOCIAL CLUB : ADIOS

Documentaire : Le son de Cuba

Durée : 1h50′

Nationalités: USA/Cuba

Réalisatrice: Lucy Walker

Casting: Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo, Manuel Mirabal

Année de production: 2017

Distribution : Metropolitan FilmExport

 

critique:

En 1997 Wim Wenders faisait découvrir au monde entier une bande de vieux musiciens que Ry Cooder avait regroupés en témoignage de l’authenticité d’un genre en voie d’oubli. Leur enthousiasme, leur passion, leur émotion ont conquis des millions d‘auditeurs de CD et de spectateurs au fil de tournées internationales.

Vingt ans plus tard que sont-ils devenus ? C’est la question que se pose la documentariste en reprenant des images d’archives réactualisées par la disparition des plus anciens.

Restent leurs sourires et leur joie de vivre dans cet hommage nostalgique.

Conception, Creation & Web Design : Adamaco, hebergement, creation de sites internetAdamaco Inc.