STUPID THINGS

Titre: STUPID THINGS

Sous-Titre: Regards d’ailleurs

Durée : 1h15′

Nationalité: USA

Réalisateur: Amman Abasi

Casting: Devin Blackmon, Kordel »KD » Johnson, Lachion Buckingham

Année de production: 2017

Distribution : The Jokers

 

critique:

L’été aux fins fonds de l’Arkansas, un gamin de 13 ans traîne son ennui après la mort de son frère ainé. Il va et vient entre sa récupération par un gang local, sa complicité avec un copain embringué dans la même galère, ballotté sans repères dans un univers de violence, drogue, petits casses et jeux de hasard.

Ce n’est pas tant l’histoire classique de ce milieu dévasté par la crise qui surprend mais son traitement à travers la vision de l’ado, ses cauchemars et sa déshérence reflet d’une Amérique sans plus de rêve ni d’espoir.

GAUGUIN

Titre: GAUGUIN

Sous-Titre: Tableau partiel

Durée : 1h42′

Nationalité: France

Réalisateur: Edouard Deluc

Casting: Vincent Cassel, Tuheï Adams, Malik Zidi

Année de production: 2017

Distribution : StudioCanal

 

critique:

Habité par sa passion pour la peinture incarnant l’équilibre entre nature, modèle et réalité, torturé par sa quête créative, c’est ainsi que le réalisateur nous présente Gauguin quittant la France pour son premier séjour en Polynésie. Alors plié sous le poids de cette violence intime dévorante Vincent Cassel s’attribue une compagne, manie les pinceaux, choisit ses couleurs entre portraits et paysages dans une reconstitution académique moins flamboyante que l’œuvre de l’artiste.

Un exercice de style méritoire pour illustrer la prochaine exposition qui lui sera consacrée dès Octobre au Grand Palais.

LE REDOUTABLE

Titre: LE REDOUTABLE

Sous-Titre: Mystifications du cinéma

Durée : 1h47′

Nationalité: France

Réalisateur: Michel Hazavanicius

Casting: Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo, Micha Lescot

Année de production: 2017

Distribution : StudioCanal

 

critique:

Une brève histoire d’amour mise en mots par son héroïne Anne Wiazemsky permet à Michel Hazavanicius de mettre en scène son héros Jean Luc Godard prenant chacun à son propre jeu dans un pastiche désopilant. La très jeune héritière littéraire troque son rôle de « Chinoise » contre le visage « Féminin » de Chantal Goya, les mystifications se superposent, les révolutions permanentes défilent sous les pavés de 68 jusqu’à ce que les convictions maoïstes annihilent les sentiments en un irréversible jeu de massacre amoureux.

Les références filmiques, les images, les couleurs, les voix off, leurs résonances entre l’objectif et l’écran, le chuintement de voix, la perte répétitive de lunettes reflet de visions symboliques se font ensemble miroirs d’un faux biopic partiel où l’humour laisse deviner le respect admiratif et la tendresse pour le mythique helvète désacralisé par l’extravagant duo formé par Louis Garrel et Stacy Martin.

« Une année studieuse » Gallimard / 2012 + « Un an après » Gallimard / 2015 -Anne Wiazemsky.

MARY

Titre: MARY

Sous-Titre: Histoire de famille

Durée : 1h41′

Nationalité: USA

Réalisateur:  Marc Webb

Casting: Chris Evans, Mkenna Grace, Lindsay Duncan, Jenny Slate,Octavia Spencer

Année de production: 2017

Distribution : TWENTY CENTURY FOX

 

critique:

Craquante cette blondinette orpheline et surdouée et charmant son oncle qui la protège des dangers de son potentiel en mathématiques dont sa grand-mère cherche déjà à abuser, alors quand se greffe une romance avec l’institutrice tous les éléments sont réunis pour un « feel- good movie » aux accents américains qui feront triompher les gentils des méchants.

Si la recette est sirupeuse, elle est suffisamment généreuse et joyeuse pour s’avérer délicieuse et la partager en famille.

BARBARA

Titre: BARBARA

Sous-Titre: Puzzle mémoriel

Durée : 1h37′

Nationalité: France

Réalisateur: Mathieu Amalric

Casting: Jeanne Balibar, Mathieu Amalric, Vincent Peirani, Aurore Clément

Année de production: 2017

Distribution : GAUMONT

Récompenses 2017: Prix Jean Vigo

Festival de Cannes /Un Certain Regard : Prix de la poésie du cinéma.

 

critique:

Les mots d’ « Une chanson pour une absente » murmurés avant l’apparition d’une star revenue tourner un biopic de Barbara se confondent avec la voix de l’une et la vie de l’autre, par la magie d’un film où le passé chasse le présent, le vrai et le faux se chantent, les archives travestissent la réalité et le réalisateur joue avec les notes des souvenirs.

Un tourbillon de faux-semblants d’une répétition à une scène, d’un profil à une silhouette, apparitions et hallucinations reconstituant les mystères de la création, paroles et musique fantasmés pour évoquer l’indicible, et garder les secrets d’une vie.

Jeanne Balibar dédouble l’envoûtement où Mathieu Amalric nous égare dans l’écho d’une mémoire partagée entre musique et cinéma.

OKA

Titre: OKA

Sous-Titre: Documentaire/NOTRE MAISON

Durée : 1h36′

Nationalité: Mali

Réalisateur: Souleymane Cissé

Casting: Magnini Koroba Cissé, Aminata Cissé, Badjénéta Cissé

Année de production: 2015

Distribution : Patou Films

 

critique:

En 2008, les trois sœurs du cinéaste malien sont soudainement et violemment expulsées de la maison où depuis les années 30 la famille tout entière a vécu, de génération en génération. Si pour s’opposer à cette injustice elles resteront 7 ans durant dans la rue le long des ruines mêmes de leur résidence, le cinéaste prendra sa caméra pour graver la mémoire des lieux par la beauté des images, évoquant la sagesse et le bonheur d’un passé serein face à un présent corrompu. C’est avec la dignité enseignée qu’il montre l’indignité des faits, la force lumineuse de la nature contre l’obscurantisme, la puissance de la terre nécessitant la connaissance humaine.

Sa voix, ses mots, sa silhouette dans les ruelles de Bamako ou parmi les ballets d’autruches accompagnent ce chant d’amour à la terre africaine et à ses racines dévastées, la destruction d’une maison devenue symbole du Mali en proie au désordre et au terrorisme et la construction d’une autre l’espoir d’une transformation du pays.

LE CHEMIN

Titre: LE CHEMIN

Sous-Titre: Voyage exotique

Durée : 1h31′

Nationalités: France/Cambodge

Réalisatrice: Jeanne Labrune

Casting: Agathe Bonitzer, Randal Douc, Somany Na, Agnès Séménaud

Année de production: 2017

Distribution : EPICENTRE FILMS

 

critique:

Une jeune et jolie novice croise chaque jour un pêcheur cambodgien sur un chemin désert qui longe les ruines des temples d’Angkor, une rencontre symbolique entre deux vies, deux cultures et deux religions où Jeanne Labrune échange ses fantaisies citadines contre un symbolisme esthétique. Quelques hallucinations macabres nous remémorent les massacres khmers, lacs et paysages rivalisent d’exotisme, drogue et corruption participent du voyage initiatique de cette charmante rousse lascive au destin tout tracé… mais la route est longue.

PETIT PAYSAN

Titre: PETIT PAYSAN

Sous-Titre: Thriller rural

Durée : 1h30′

Nationalité: France

Réalisateur:  Hubert Charuel

Casting: Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners, Isabelle Candelier, Marc Barbé

Année de production: 2017

Distribution : PYRAMIDE

 

 

critique:

Si elles portent un numéro c’est avant tout leur nom que connaît l’éleveur de ses trente vaches qui paissent allant et venant de leur étable aux champs, alors il les rabroue, les aide à vêler et appelle sa sœur vétérinaire au moindre symptôme. En ces temps d’épidémie Creutzfeld-Jacob son inquiétude le mine et les échanges Internet, les réglementations internationales tout autant que les incompréhensions traditionnelles sur-développent cette angoisse à un point de non-retour.

Ces souvenirs autobiographiques familiaux le réalisateur s’en empare pour dépasser par la fiction leur simple aspect documentaire, offrant à ce drame humain (endossé avec justesse par Swann Arlaud) une dimension de thriller rural poignant que l’actualité de la grippe aviaire perpétue en échangeant les vaches folles contre des canards.

LE PRIX DU SUCCES

Titre: LE PRIX DU SUCCES

Sous-Titre: Histoire de famille

Durée : 1h32′

Nationalité: France

Réalisateur: Teddy Lussi-Modeste

Casting: Tahar Rahim, Roschdy Zem, Maïwen

Année de production: 2017

Distribution : AD VITAM

 

 

critique:

Sympathiques les spectacles de ce jeune humoriste managé par son frère aîné, mais pour passer du stand up aux salles et devenir professionnel il va falloir dépasser le cercle familial ou amical, ce qui relève du crime de haute trahison, alors quand s’y adjoint l’amour plus rien ne peut arrêter le déchaînement de la violence où envie, jalousie, rancœur, possessivité, chantage affectif se surajoutent. Dénonçant en leur sein même l’emprise culturelle des fratries, le film oppose la fragilité du benjamin au pouvoir de l’aîné, au respect des anciens et aux exigences des sœurs. Eternels ces sentiments dont résonnent les tragédies antiques et les drames shakespeariens mais très contemporaines en revanche la pression de l’argent, la dette morale envers les proches, la contrainte des traditions et, pour en triompher notre héros va employer l’esprit contre le corps, les mots contre les coups, l’expression directe contre la perversion. Tahar Rahim en joue avec brio pour se libérer de Roschdy Zem et le réalisateur après « Jimmy Rivière » continue de briser les chaînes.

GABRIEL ET LA MONTAGNE

Titre: GABRIEL ET LA MONTAGNE

Sous-Titre: Voyage initiatique

Durée : 2h07′

Nationalités: Brésil/France

Réalisateur: Felipe Barbosa

Casting: Jao Pedro Zappa, Caroline Abras, Luke Mpata

Année de production: 2017

Distribution : Version Originale Condor

 

Récompenses 2017: Festival de Cannes/Semaine de la Critique : Prix de la Révélation France4 + Prix Fondation Gan

 

critique:

Sur les pentes du Mont Mulantje au Malawi, repose Gabriele Buchman enthousiaste hors limites, curieux du monde, de ses hommes et de la nature jusqu’à s’intégrer corps et âme au Sapitwa domaine des esprits. C’est au fil des successives étapes de son ultime périple, ponctuées par les témoignages de ses hôtes, de sa compagne brésilienne de passage, que nous partageons cette découverte d’une Afrique colorée des joies, des folies de ce jeune étudiant privilégié et révolté, touriste et altermondialiste, aventurier infantile et doux rêveur. Au rythme du marcheur hyperactif, de ses humeurs sautillantes, de ses contradictions multiples, défilent les Masaïs et leurs rites, les gnous d’un safari tanzanien, villageois, amoureuse, routiers et guides participant de ce biopic entre fiction et documentaire dont les esprits vengeurs savent troubler nos regards de spectateurs.

Conception, Creation & Web Design : Adamaco, hebergement, creation de sites internetAdamaco Inc.